Manipulation > Les fiches > Page 2: L'impulsion

L'impulsion

Lors de l'impulsion, le flipper doit gérer deux paramètres : la hauteur de lancer et la rotation.

Prenons le cas le plus général du lancer perpendiculairement à l'axe des épaules. Le coude reste à peu près fixe, ainsi que l'épaule. La hauteur du lancer est contrôlée par l'avant bras qui pivote autour du coude. Il contrôle aussi la vitesse de lancer. Quant à la rotation, c'est en général le poignet qui la contrôle.

Débutants

Lancer quelque chose en l'air est un mouvement relativement naturel. Celui de lui imprimer une rotation l'est moins. C'est pourquoi au début le contrôle de la rotation pose plus problème que celui de la hauteur. D'ailleurs, au début, le poignet est souvent trop raide pour donner convenablement le «coup de fouet» qui donne au couteau-papillon sa rotation.

Au début, privilégiez des lancers assez hauts et à rotation lente. Ainsi vous habituerez votre poignet à doser l'élan qu'il donne au balisong. De plus ce mouvement lent vous permettra d'observer plus facilement le mouvement.

Pour vos premiers lancers, ne cherchez pas à réceptionner le couteau-papillon. Lancez au dessus d'un lit et observez le vol du balisong, familiarisez vous avec sa dynamique. Variez vos efforts dans l'avant bras et dans le poignet et observez l'effet produit. Cela vous permettra de mieux ressentir la dynamique du balisong. Et puis cela vous libérera l'esprit de la peur de vous couper en rattrapant le balisong .Un obstacle à la fois. Vous aborderez celui de la réception quand vous aurez pis confiance en vos lancers.

Intermédiaires

A mesure que vous progressez, vous allez pouvoir travailler vos impulsions. Tentez des lancers moins hauts et plus rapides en rotation. Ces aerials sont plus brefs et plus vifs. Ils demandent aussi plus de maîtrise. Ils sont certes plus impressionnants mais ne vous y trompez pas, la vitesse ne cachera pas les défauts à l'œil d'un flippeur expérimenté ! Travaillez à votre rythme. Vouloir à tout prix faire des aerials rapides ne vous laissera pas le temps de bien contrôler ce que vous faites. Au mieux, vos aerials auront un air un peu bâclé, au pire ces aerials précipités vous feront prendre de mauvaises habitudes… sans parler des coupures.

Lorsque vous jugez que vos impulsions sont propres (hauteur et rotation contrôlées, le balisong reste bien dans son plan de rotation sans avionner) vous pouvez vous entraîner à contrôler le lieu de réception. Avant de lancer, décidez de l'endroit où vous voulez le rattraper. Avec de la pratique, cet exercice vous permettra de pouvoir rattraper vos aerials où vous l'aurez décidé sans avoir à « aller chercher » la réception. Vos aerials en gagneront un aspect beaucoup plus net et contrôlé.

Avancés

Les aerials constitue un domaine très vaste du balisong mais surtout très libre. Il est toujours possible de trouver de nouvelles voies à explorer. Voici quelques pistes qui peuvent vous inspirer.

Lancers vers l'extérieur de la main

Lancers vers l'extérieur de la main

Cette famille de lancer fait appel à des muscles différents, vous accroîtrez ainsi votre agilité. Cet exercice est très bon pour développer la souplesse du poignet.

Lancers depuis d'autres doigts que l'index et le pouce

Lancers depuis d'autres doigts que l'index et le pouce

Sur la photo, le manche est tenu entre le majeur et l'annulaire au moment du lancer. Ce type de lancer développe l'agilité de tous les doigts. Il peut être un peu difficile au début par manque de force dans les doigts ou par manque d'agilité. Dans ce cas mieux vaut commencer par préparer les doigts autres que l'index et le majeur par des exercices de twirling.

Lancers d'une main à l'autre

Lancers d'une main à l'autre

Sur la photo le balisong a été lancé de la main droite et sera rattrapé de la main gauche. Très rares sont les flippeurs réellement ambidextres. Mieux vaut donc (en tout cas au début) lancer de la main dont on est le plus agile et rattraper de l'autre. La réception demande en effet moins d'agilité (elle ne fait que très peu appel aux doigts). Cela peut-être un bon moyen de développer facilement son ambidextrie.

Lancers « acrobatiques ».

Le lancer peut se faire de sous la jambe, sous le bras, sous le tronc. Servez vous de vos membres comme d'obstacles. Le fait de réduire le champ de manœuvre de la main qui lance et de la mettre dans une position moins confortable ajoute une difficulté intéressante.

Lancer acrobatique

Sur la photo, le lancer se fait de la main droite en passant derrière le dos, sous le bras gauche. Le balisong peut être rattrapé de la main gauche ou, si l'on recherche plus de difficulté, de la main droite. Il existe un nombre infini de possibilités. Attention toutefois, ce type de lancer exige un minimum de maîtrise car ici, on se trouve plus facilement exposé au balisong en vol.

Lancer acrobatique

Dans un registre plus facile, vous pouvez vous servir du bras qui ne lance pas comme d'un obstacle. Ici, le lancer se fait sous le bras gauche, par-dessus lequel passe le couteau-papillon. Ce type d'exercice est plus simple dans la mesure où l'on ne perd pas le contact visuel avec le balisong comme on le ferait en lançant de derrière le dos.

Lancers à l'aveuglette

La perte du contact visuel avec le balisong a quelque chose d'angoissant qui ravira les amateurs de sensations. En effet, pendant le vol, privé du toucher et de la vue, vous ne pouvez que deviner où se trouve le couteau-papillon.

Cela peut paraître évident mais il peut être bon de le rappeler : ne tentez à l'aveuglette qu'une figure que vous maîtrisez déjà !

Au début ne vous bandez pas les yeux, fermez les simplement. Cela vous permettra de les ouvrir en urgence si vous sentez la situation vous échapper.

Commencez progressivement : commencez par exécuter la figure les yeux ouverts, puis répétez la en détournant légèrement le regard pour n'avoir qu'une perception vague du vol. Lorsque vous vous sentez à l'aise, vous pouvez commencer à fermer les yeux. Là aussi, allez y étape par étape. Au début ne fermez les yeux que pendant la phase de lancer puis ouvrez les pour la réception. Ensuite vous pouvez inverser : regarder l'impulsion puis rattraper les yeux fermés. Ce n'est qu'une fois à l'aise avec ces exercices que vous pourrez aborder la figure entière à l'aveuglette avec un maximum de sécurité.

3- "Le vol" 1- "Les aerials"